Épiphanie

La fête de l’Epiphanie est l’une des Sept  fêtes majeures de notre Seigneur, célébrée le 11 Touba de chaque année copte. Le mot «Epiphanie» se réfère à la « Divine apparence », où la Sainte Trinité est apparue à l’humanité d’une façon évidente et claire.

Beaucoup d’Églises célébraient la fête de la Nativité de notre Seigneur et Son baptême le même jour, jusqu’à ce qu’à la fin du 4ème siècle, une décision ait été prise pour célébrer ces fêtes séparément. La fête de l’Epiphanie a été d’une extrême importance pour l’Eglise, en particulier en Egypte, car c’était le jour où le patriarche d’Alexandrie annonçait les dates du Grand Carême, de la Semaine Sainte (Pâques), et de la fête de la Résurrection, que toutes les églises du monde suivaient.
En ce jour, le Christ a été baptisé dans le Jourdain par Jean-Baptiste, non pas pour le repentir, comme le reste du monde, mais plutôt au nom et pour le bien de l’humanité.

Saint Luc nous parle de cela dans son évangile en disant: «Maintenant, quand tous les gens ont été baptisés, et quand Jésus aussi avait été baptisé et priait, le ciel s’ouvrit, et l’Esprit Saint descendit sur lui sous une forme corporelle comme une colombe. Et une voix vint du ciel: « Tu es mon Fils bien-aimé, en Lui J’ai mis toute ma joie» (Lc 3:21-22).

De ces versets, nous remarquons que par le baptême du Seigneur, les cieux ont été ouverts à nouveau après qu’Adam fut empêché de retourner dans le jardin d’Eden.

La Sainte Trinité nous a également été révélée dans ce passage, le Père par sa voix et le témoignage au Christ, le Fils baptisé dans le fleuve, et le Saint-Esprit descendant sous la forme d’une colombe sur le Christ Seigneur.